Art de vivreVoyage

Road Trip brassicole : Gaspésie

katchouk-road-trip-carleton-5

Ha! La Gaspésie… cet endroit mythique que je ne connais pas encore, mais que j’aime déjà! 1 h 30 nous sépare d’Amqui où nous arrêterons pour dîner. C’est Mimi qui prend le volant et moi, j’ai tout le loisir de découvrir et d’apprécier les paysages de la vallée de la Matapédia.

«When I come around»

Puisqu’un Road Trip brassicole, c’est aussi l’affaire d’une sélection de musique, voici When I Come Around… juste parce qu’on aime ça!

Amqui

Pas besoin de chercher bien longtemps la microbrasserie La Captive qui est directement située sur la Route 132.

katchouk-road-trip-captive-

L’architecture est magnifique. Il s’agit en fait d’un ancien poste de police reconverti dont la seule trace encore visible est la toilette des hommes qui se nomme : bureau du chef! Malheureusement pour nous, la carte du midi est réduite et ce qui nous fait envie sur le menu n’est pas disponible avant 15 h. Une salade et un sandwich accompagnent finalement notre palette de dégustation.

Carleton-sur-mer

Après une petite pause à la crèmerie du coin, nous reprenons la Route 132 pour encore 2h30 de voiture en direction de Carletons-sur-Mer où nous dormirons ce soir. Au carrefour (le seul de la ville), nous voyons l’indication Route 132 Est. Logique, mais la carte Google que j’ai fait imprimer avant de partir nous dit de prendre la Route 132 Ouest. Hein?! On tourne en rond un peu dans la ville et on discute : c’est tout à fait illogique d’aller à l’ouest, d’autant plus que cela nous fait revenir sur nos pas. Tant pis pour la carte Google, elle prend le chemin de la poubelle.

«So go do what you like,
Make sure you do it wise,
You may find out that your self-doubt means nothing
Was ever there […]
When I Come Around»

Mimi se repose. Elle dort comme un bébé jusqu’à ce qu’un conducteur du Nouveau-Brunswick nous coupe la route et que je doive freiner brusquement. On arrive bientôt… Enfin!

Lorsqu’on aperçoit la microbrasserie Le Naufrageur, le poids du monde tombe de nos épaules et j’ai un after hour de papilles dans ma bouche!

katchouk-road-trip-naufrageur

On ne fait ni une, ni deux, une palette de dégustation en forme de gouvernail apparaît devant nous. On jase là… Au fait, c’est quoi «un naufrageur»? Quelqu’un s’est-il déjà posé la question?

«Il fut un temps où la Baie-des-Chaleurs était un lieu peuplé de pirates. Corsaires basques et flibustiers acadiens trouvaient dans ses anses, ses baies et ses criques des endroits rêvés pour se livrer à leurs téméraires entreprises. Entre tous, le naufrageur fut sans doute le plus singulier de tous les pirates des eaux de la baie.

Pirate ingénieux, mais privé de bateau, il allumait de faux feux de signalisation à partir des rives et forçait les navires à s’échouer sur les récifs meurtriers de la baie. Il pouvait ensuite s’adonner au pillage en toute tranquillité d’esprit, certain qu’il était que personne ne pouvait plus lui échapper.

C’est ainsi que quatre jeunes Gaspésiens, d’origine ou d’adoption, décidèrent de rendre hommage à leurs célèbres ancêtres, ainsi qu’à une partie moins bien connue de l’histoire de la Gaspésie, en faisant du naufrageur l’emblème de leur microbrasserie. Endroit vivant et chaleureux, la microbrasserie Le Naufrageur est un repère agréable pour tous les pêcheurs, marins, pirates et voyageurs qui passent aujourd’hui par la Baie-des-Chaleurs.» Source

J’adoooore les histoires de pirates! D’ailleurs, dans le coffre au trésor du Naufrageur, il y a la Pénélope, une pils tchèque. C’est le secret le mieux gardé de l’endroit et mon coup de cœur bière de ce Road Trip!

katchouk-penelope-alain-quevillon

Pénélope, la pils tchèque – Crédit photo: Alain Quevillon

Ai-je besoin d’ajouter que vous DEVEZ vous arrêter au Naufrageur si vous passez par là?

JOUR 6 : «BANANA PANCAKE»

À notre levée, le temps est maussade. Notre seule envie est de se réfugier quelque part pour prendre un bon café chaud. On trouve notre bonheur à la Brûlerie du Quai.

Gaspésie, je t’aime!

C’est la journée la plus tranquille que nous avons depuis notre départ. Aujourd’hui, pas de route à faire; on se laisse vivre! Mimi décide de retourner à Montréal plus tôt que prévu, le devoir l’appelle. Elle essaie de s’y retrouver dans les horaires de train. De mon côté, je refais la planification des jours à venir, car je devrai conduire seule entre Carleton-sur-Mer et Sherbrooke. Le ciel finit par se dégager et nous avons le goût de bouger un peu. On visite la ville de la meilleure manière qui soit: en marchant tranquillement.

katchouk-road-trip-carleton-3

 

Puis, on s’arrête au Serpents à Plumes, une boutique pour le moins colorée où on peut trouver des vêtements de créateurs et des bijoux. On fait quelques achats et la journée passe comme une feuille d’automne portée par le vent.

Avant de repartir pour la grande ville, Mimi veut faire un souper gargantuesque de fruits de mer. Nous allons au Bleu Marine, un restaurant également situé sur la rue du Quai et dont la terrasse donne sur le bord de l’eau.

katchouk-road-trip-carleton

Restaurant Bleu Marine, Carleton-sur-Mer – Crédit photo: Mylène Bélanger

Au menu : moules, pétoncles, crevettes et morue. Gargantua lui-même aurait trouvé cela gigantesque! Pendant que l’épicurienne et la gourmande se font plaisir, le soleil donne un spectacle tout en lumière.

katchouk-road-trip-plage

katchouk-road-trip-carleton-2

20 h : je dépose Mimi à la gare de train Via Rail, puis je me dirige au Naufrageur pour noyer ma peine! Je passe la soirée avec un couple de Français qui affirme qu’il est facile de voyager sur le pouce au Québec (VRAIMENT?!) et Pierre-Olivier, un gars du coin qui travaille dans le restaurant familial. «Le poisson et les fruits de mer qu’on mange ici viennent d’ailleurs. On ne pêche pratiquement plus en Gaspésie.»

QUOI?!

Une révélation n’attend pas l’autre!

– Pour lire la suite de ce Road Trip, cliquez ici.